L’avenir de Thunderbird

L’avenir de Thunderbird, the Walking Dead ?

Mozilla_Foundation_Logo.svg

Voici ce qu’on peut lire sur le blog « professionnel » de Tristan Nitot, responsable marketing chez Mozilla, lorsqu’il demande au managing director de Thunderbird si ce dernier est mort. Je vous propose une traduction rapide :

Non, Thunderbird n’est pas mort. Non avons annoncé un changement dans la façon dont nous développons les nouvelles fonctionnalités de Thunderbird. Rien ne changera pour les utilisateurs particuliers ou les entreprises qui l’utilisent : Mozilla continuera à supporter et maintenir Thunderbird. Pour être plus clair, Mozilla ne se concentrera plus sur le développement des nouveautés de Thunderbird mais le gardera sur et stable. Mozilla fournira toute l’infrastructure nécessaire afin d’intégrer les nouvelles fonctionnalités développées par la communauté dans les futures versions de Thunderbird.

C’est assez clair, non ? Il est dit plus loin que des employés de Mozilla continueront à bosser sur Thunderbird.

Seule la façon dont Thunderbird évolue est morte, c’est tout.

>>> Source sur : http://www.dadall.info/blog/index.php?post/2012/07/09/L-avenir-de-Thunderbird,-the-Walking-Dead

Finalement, la peut être vraie mort de Thunderbird, mais quel véritable enjeu ?

L’enjeu est pour ma part double. Comme je l’annonçais, cet abandon, car ne nous leurrons pas, il s’agira tôt ou tard d’un abandon, pointe du doigt la fondation Mozilla. Pour moi, la première interrogation, est-ce que Mozilla reste un acteur de confiance du logiciel libre ou des gens à ne pas suivre ? La liberté n’est pas un gage de qualité ni dans le code ni dans la stratégie d’entreprise, les programmes codés avec les pieds ce n’est pas ce qui manque…

Pour moi, il s’agit d’une politique à la Google, éradiquer un logiciel qu’on juge obsolète. Il y a ici un très mauvais concours de circonstance puisqu’il ne s’agit pas d’une annonce officielle mais d’une fuite, on ne peut donc comme je l’ai fait jeter l’opprobre sur la communication de Mozilla, néanmoins la stratégie est là. Oui le logiciel n’est pas abandonné, oui les mises à jour de sécurité seront réalisées (pour un temps), oui le système de plugin permet de faire évoluer le logiciel de façon simple. En outre, ces derniers temps, on a pu observer que lorsqu’une société possède un logiciel propriétaire dont elle veut se défaire, elle le rend opensource ou elle le remet à la communauté, une façon élégante de mettre à la poubelle. A partir du moment où Mozilla l’a fait une fois, pourquoi ne recommencerait-elle pas demain avec Firefox ? Et c’est là que j’y vois un enjeu, le doute est désormais en place.

Avec une prise de position pareille, Mozilla s’annonce vaincu et montre l’avenir, le cloud et les réseaux sociaux. Les webmails ont balayé les clients en dur, les réseaux sociaux ont achevé le mail, après tout ils ne sont que 20 millions à utiliser notre logiciel, un faible marché par rapport à un OS sur mobile. Il s’agit ici du second enjeu, et c’est un enjeu pédagogique. Que les gens veulent utiliser un webmail pourquoi pas, je connais des gens très bien qui utilisent gmail. Toutefois comme écrit hier c’est se soumettre à un service qui peut fermer d’un jour à l’autre, qui peut exploiter vos données, enfin le grand classique. Un client mail en local associé à une adresse sur un nom de domaine que vous possédez vous garantissent la liberté mais surtout la sauvegarde de vos mails, un paramètre qu’il ne faudrait pas oublier. Quand bien même vous ne passeriez que par le webmail, un coup de client local et on récupère tout. On rate donc ici un tournant pédagogique, en se disant que le mail est mort alors qu’il me semble que la majorité des actes administratifs nécessitent un mail et pas un coup de poke sur facebook et le cas échéant que le webmail c’est après tout une affaire qui roule sans se soucier des backups.

L’affaire Thunderbird est très instructive. La nouvelle a été traitée n’importe comment puisqu’en fait le logiciel n’est pas mort, le logiciel libre ne meurt pas, les mises à jour de sécurité sont encore assurées par Mozilla, il m’a fallu plusieurs heures pour le comprendre puisque ça partait dans tous les sens et ça continue d’ailleurs. C’est « amusant » de constater que c’est la presse informatique et les blogueurs qui enterrent le logiciel quand son cycle de vie n’est absolument pas terminé, on diffuse donc de façon massive de fausses informations.

Ce qui m’intéresse aujourd’hui c’est de se dire que le logiciel libre n’est pas si loin du logiciel propriétaire, qu’il n’est donc pas immortel, et en toute honnêteté aussi débile que puisse paraître mon raisonnement, je serais heureux de voir arriver un fork car il y a pour ma part des interrogations, donc une crise de confiance. Enfin, la décision que prend Thunderbird peut laisser la place à des conclusions hâtives quant au positionnement personnel qu’on pourrait avoir par rapport au mail et au webmail, il va être temps de rappeler l’utilité du mail et les moyens de l’archiver bien au chaud sur son disque dur.

 

>>> Source & plus d’infos sur : http://www.cyrille-borne.com/index.php?post/2012/07/09/Finalement%2C-la-peut-%C3%AAtre-vraie-mort-de-Thunderbird%2C-mais-quel-v%C3%A9ritable-enjeu

Welcome , today is Vendredi, 18/04/2014